Sur la voie PLM de Conliège (Jura)

Publié le 24 Octobre 2009

Ré-aiguillage d'Eustache...

 

Il y a une cinquantaine d'années, on a démantelé une grande partie du réseau de chemin de fer franc-comtois d'intérêt local. Les voies PLM ou les voies métriques (chemins de fer vicinaux, trams, tacots) ont été déferrées. Les gares et maisons des garde-barrière ont été vendues à des particuliers. Les murs de soutènement et canaux ont quelques fois été pillés de leurs parements. Les tabliers des ponts et les passerelles démontés et sans doute revendus à la ferraille. Les tunnels désaffectés ont quelques fois été réutilisés comme entrepôts ou champignonières. Les voies ont été gagnées par la friche...

   

La voie PLM qui reliait Lons à Champagnole, escaladant les flancs de la reculée de Conliège-Revigny, n'a pas échappé à ce destin :

Cette ligne, ouverte en 1891, a servi au transport de voyageurs jusqu'en 1938, puis aux marchandises seulement jusqu'en 1953, date de son déclassement. Elle a été déferrée en 1960, puis laissée à l'abandon. 

  

Il y a quelques années, c'est la Communauté de Communes du Bassin Lédonien qui s'est portée acquéreur de la quasi totalité (seul le dernier tunnel au débouché du plateau reste propriété privée) de la plateforme de l'ancienne voie, et s'est engagée dans la création d'une Voie Verte à l'usage des piétons et cyclistes. 

   

Au départ de l'ancienne gare de Conliège (propriété privée), balade sur les quelques cinq kilomètres de voie qui permettaient de gravir la côte de Revigny. Le tracé présente des rampes 23 à 25‰ , soit 23 à 25 mètres de dénivelé par kilomètre... négligeable pour nous, mais énorme pour un train !

 

   

 

Les tunnels, de découvertes en surprises...

  

Le premier ouvrage important que nous rencontrons

est le petit viaduc de Vertancul,

puis bientôt s'annonce le Grand Tunnel, ou Tunnel de la Diane...

  

            

                     Viaduc de Vertancul                                     Tunnel de la Diane    

 

Long de 889 m, ce remarquable ouvrage s'amorce en courbe sur 250 mètres,

puis une longue ligne droite de 400 mètres lui fait suite.

La voûte est encore noircie par les résidus de suie des locomotives à charbon.

Une rampe d'éclairage allumée grâce à un détecteur de présence,

permet de cheminer tranquillement jusqu'au débouché, à Fontenaille.

   

Si la galerie est bordée de refuges placés en quinconce,

à peu près au mitan de la ligne droite

il faut remarquer deux ouvertures se faisant face.

La lampe frontale permettra de les explorer et

de s'étonner de leur architecture particulière très soignée...

  

    

accès à la galerie de minage

 

Au fond de chaque anti-chambre voûtée, un escalier aux marches en opposition est ménagé dans la paroi d'une cheminée. Celle-ci aboutit à une galerie qui se prolonge en direction de la voûte ogivale. Il était d'usage, dans les tunnels ferroviaires placés sur une ligne stratégique, de prévoir une chambre de destruction qui, garnie d'explosifs, aurait pu servir à détruire l'ouvrage par effondrement de sa voûte en cas de nécessité... Une fois l'explosif en place, les anti-chambres devaient être murées et fermées par une porte métallique, afin d'accroître l'efficacité de la déflagration.

                        null

Au bout de la ligne droite, et après 150 mètres de courbe, on débouche sur l'ancien passage à niveau de Fontenaille (route Conliège-Publy). C'est là que la Voie Verte prend fin, du moins à ce jour... 

   

Là, il faut traverser tout droit, dans la continuité de la plateforme. Deux barrières en bois limitent de la voie l'accès aux piétons et cyclistes. Cette portion a déjà été largement défrichée et sécurisée, dans l'attente de la prolongation de la Voie Verte.

    

    

 

Le tunnel des Tilleuls (254 mètres)

est déjà équipé des rampes d'éclairage, mais elles ne seront fonctionnelles

que d'ici quelques mois...

la lampe frontale s'avère

aujourd'hui plutôt utile !

  

   

 

 

Nous cheminons ensuite un moment dans une tranchée ouverte,

à laquelle succède une tranchée couverte (90 mètres) aux parois brutes.

  

        

 

 

La vue s'élargit enfin sur un espace moins encaissé :

un petit talweg entaillant perpendiculairement le flanc de la reculée,

a nécessité la construction d'un remblai important pour le passage de la voie.

   

          

Tunnel des Cent Marches

     

Et dans la combe, passant sous ce remblai, un petit tunnel piétonnier, une volée de 100 marches empruntée par le sentier qui permet de redescendre sur Conliège. Juste le temps d'un aller et retour curieux, et nous reprenons le cours de la voie PLM pour une longue ligne droite bordée d'un parapet.

   

Sur cette portion,

de nombreuses traverses

sont encore en place

(malheureusement ces vestiges

ferroviaires vont probablement

disparaître pour faire place

à un lit uniforme de stabilisé !)

et les souches qui ponctuent le milieu de la voie témoignent encore de l'état d'abandon passé.

   

Nous surplombons maintenant le village de Revigny.

   

null null A l'aplomb du promontoire

de la Guillotine,le tracé transperce encore une fois la falaise avec deux tunnels consécutifs (247 et 127 mètres), dont le second est marqué par une singulière originalité :  

   

   

D'emblée, la grande largeur de l'entrée du tunnel étonne...

   

Puis tout de suite la réponse nous est donnée par la présence d'un pilier de soutènement coupant la galerie en deux : à gauche, la voûte reprend sa largeur habituelle, tandis qu'à droite, c'est une galerie tronquée verticalement qui occupe le tiers restant... C'est par là que la voie devait initialement passer, mais le terrain de sortie se serait révélé trop instable et le tracé a été rectifié plus près de la falaise en sortie. Cette "fausse" galerie et sa sortie sont accessibles par les fenêtres du pilier central ajouré...

  

     

   

      

La fausse sortie

     

   

null Faisant immédiatement suite à ce tunnel bifide, le pont métallique dit "de la Guillotine" (74 mètres).

  

null Quelques dizaines de mètres plus loin, on aperçoit déjà le dernier tunnel accessible de notre périple "ferroviaire", une galerie ajourée d'une quarantainede mètres au bout de laquelle la dernière ligne droite au dessus de la reculée de Revigny nous offre une belle échappée sur la falaise feuilletée du "Creux".

 

 

 

 

 

null Notre ascension se termine par le contournement de la galerie du Faîte, seul élément de la plateforme PLM non accessible (propriété privée). 

   

Joli tracé, non ? 

   

   

      

   

La randonnée complète "Autour de Conliège"

est en ligne sur la Communauté des Crapahuteurs 

Rédigé par eustache

Publié dans #Patrimoine

Repost 0
Commenter cet article

Rieu 06/02/2014 21:10

Bonjour,
Votre description de cette ancienne voie de chemin de fer m'amène à vous poser la question suivante : les gares de cette ligne étaient elles équipées de cadrans solaires pour régler leurs horloges ? Je fais un travail sur ce sujet et cherche des informations sur ces petites lignes. Si qq''1 a une idée. Merci de m'envoyer un mail

christophe 20/02/2013 00:31


Merci pour la balade :)

jlfrance 27/10/2009 08:24


Bonjour ;

Certaines de ces voies férrées (réhabilitées) ont eu d'autres destinées comme celle du train minier de la Mure (voir mon article sur jlfrance) en s'aventurant avec réussite dans le
tourisme. 
Les ouvrages d'art de Conlièges montre toute la technicité, parfois l'audace des ingénieurs, mais aussi l'aspect esthétique affichée. Cette randonnée est déja en soi une belle immersion dans
l'histoire des transports. 

Bonne journée


sirius 26/10/2009 08:36


Je découvre votre blog... Bien écrit et magnifiquement illustré, quel article superbe! Cette balade me permet de découvrir l'ampleur et la qualité du travail effectué pour le passage de cette ligne
de chemion de fer, hélas abandonnée comme tant d'autres.

J'ai beaucoup travaillé sur le patrimoine ferroviaire de ma région (Val de Loire Sancerrois; Cher et Nièvre), et mis plusieurs articles sur mon blog sur le sujet; il faut regarder dans la liste des
articles...

En tous cas, bravo pour votre travail!


perrine 24/10/2009 18:26


Eustache une idée formidable.Lors de mon déjeuner, je songeais à cette Voie verte près
de Lons. Je devrai la faire !!! Eh bien j'ai tous les éléments par toi. Cela me semble superbement bien. Je vais peut être attendre le printemps, la nature est plus belle.
Merci
Perrine


eustache 24/10/2009 20:53



Cela faisait plusieurs mois que je l'avais inscrite sur mes tablettes... et je ne suis pas déçue ! Une belle journée d'automne, c'est pas mal aussi...


Bisous