Les anciens moulins au fil du Doubs frontalier (de Goumois à La Goule)

Publié le 18 Août 2009

Il fut un temps où les Gorges du Doubs, au niveau des rapides les plus remuants,

étaient peuplées d'une multitude de hameaux

aujourd'hui quasiment tous disparus.

 

Entre Goumois et La Goule, voici quelques témoignages d'une vie industrieuse liée à la force motrice de la rivière :

 

Le Bief d'Étoz

 

La commune des Essarts-Cuenot (devenue Charmauvillers en 1868)

comptait parmi ses 300 habitants, ceux du hameau du Bief d'Étoz.

 

Le 18 octobre 1356, un violent séisme dont l'épicentre se trouvait à Bâle,

fit s'écrouler les rebords de la falaise créant, par l'amoncellement des rochers,

des rapides favorables à l'établissement des moulins du Bief d'Étoz :

  

 

C'est en 1613 que le maréchal-ferrand Jean Rondot y bâtit sa forge.

 

Auge de trempe de forgeron

 

nullEt c'est bientôt un ensemble de moulins qui tourne

sur la rive gauche de la rivière : huilerie, minoterie, battoir, scierie ("raisse" ou "rasse").

 

Véritable pôle économique, le hameau et

la famille Rondot prospèrent

jusqu'au début du XXe siècle.

  

 

 

 

L'avénement de l'électricité, l'éloignement des grandes voies de communication,

la crue exceptionnelle de 1910 qui emporta une partie des bâtiments,

eurent raison de ce hameau naguère florissant...


En amont du goulet, la renommée de la verrerie du Bief d'Étoz
n'était plus à faire non plus.

 

 

Sur la rive droite,

 

null              null

                         Barrage du Theusseret                            vestiges de la rasse "Sous-le-Château"

 

Le moulin du Theusseret a fait fonctionner une minoterie

et une scierie jusqu'en 1892.

Le dernier meunier explotait aussi le tuf de la cascade toute proche

pour la construction des cheminées.

   

Au niveau de l'actuel stade nautique des Seignottes, au lieu-dit "Sous-le-Château",

on trouve encore les vestiges d'une  scierie qui profitait de la force du courant

aujourd'hui prisée des kayakistes...

 

 

Rédigé par eustache

Publié dans #Patrimoine

Repost 0
Commenter cet article

RONDOT jean 18/05/2010 20:56



j'ai lu avec plaisir les infos concernant la famille Rondot ,natif du .barboux.Mes recherches généalogiques m'ont fait remonter jusque vers 1600 dans cette région de .charmauvillers où un de mes
ancêtres tenait un,e tannerie vers la Rasse.


Je serais curieux de croiser mes recherches avec les vôtres.



eustache 29/05/2010 14:01



Bonjour Jean,


Je n'ai pas fait de recherches sur la généalogie des Rondt, mais ai simplement recherché des informations sur les moulins du Doubs sur le site internet de Goumois.


Bonne continuation...



nath 10/02/2010 10:55


Bonjour Eustache !
Je connais bien ce petit hameau et sa chapelle, une jolie légende est attachée à ce lieu...
http://voyageusecomtoise.wordpress.com/2009/12/28/frontiere-franco-suisse-1-faire-un-voeu-au-bief-detoz/
Pour compléter votre collection de noms typiques d'habitants de Franche-Comté, on appelle les habitants de Charquemont les cent sous ou les sans sous, je ne sais pas comment ça s'écrit... Ma
grand-mère habitante de Charquemont se moquait de nous, les culs brûlés qui habitions Damprichard...


Tietie007 22/08/2009 13:56

Nous avons beaucoup aimé notre périple dans le doubs !

Eilvys70 19/08/2009 23:09

Magnifique !!! Et encore un coin que je ne connais pas ! Bravo Eustache !Eilvys

Faye 18/08/2009 21:40

beaucoup de moulins en Franche Comté. L'eau faisait tourner l'artisanat. Il n'en resteplus guère d'entretenus. dommage !Perrine