Randonnée au Creux du Van (Suisse - Ne)

Publié le 21 Février 2009

22 juin 2008

   

Si vous avez des enfants, vous savez combien il est difficile, la plupart du temps, de les mobiliser pour une rando...

   

Alors on en cherche une motivante, une mieux que les autres... qui ferait que, pour une fois il ne râlerait pas...

   

Bon, en ce qui me concerne, c'est encore raté !!!

Mais tant pis... moi, j'aime toujours autant le Creux du Van.

   

pigamon à feuilles d'ancolie

Paradis botanique à presque toute saison, enchanteur par son site et ses panoramas à couper le souffle, réserve de faune de montagne,

haut lieu d'énergie tellurique...



Depuis Noiraigue (Val de travers), on peut monter

jusqu'au parking de la Ferme Robert (alt.972 m).

De là, nous empruntons le chemin forestier qui conduit à la Ferme des Oeillons.

 

De là démarre le famaux  "sentier des 14 contours". La tempête de 1999 a ouvert de grandes brèches qui ouvrent ainsi de belles perspecitves sur le Val de Travers, Noiraigue et le Rocher des Tablettes.

            

14... On fait une pause à la moitié, d'acc ? 
Au 2ème : Maman, on est au combien ?

Au 4ème : Là, on est arrivé au 7ème ?

  

Bon il faut avouer que quand on est au mitan du décompte, on en est en réalité aux 2/3 de la montée... mais chut, c'est une surprise !!!!

     
Beaucoup de fleurs discrètes ou surprenantes jalonnent le sentier,

en sous-bois ou à découvert.

   

Renoncule à fleur de narcisse  néottie nid d'oiseau  saxifrage à feuilles rondes

    

Sur le dernier tiers, donc, la forêt se referme, mais en levant la tête,

on devine déjà la lumière de la crête.

       

On débouche donc en haut de la crête du Dos d'Âne,

qu'un sentier non balisé permet aussi de rallier depuis la ferme Robert.

   

   

Bon, il faut aussi avouer que là, on y arrive en 15 mn à plat, après avoir stationné la voiture à proximité de la ferme du Soliat... Mais chut, là c'est un secret que Ben ne doit découvrir sous aucun prétexte (après il voudrait aller en voiture partout)...!

      

De là, première vision éblouissante la première fois que l'on découvre le site... et toutes les autres fois aussi !!!

       


   

La falaise circulaire laisse tomber son à pic de 150 mètres sur une pente d'éboulis (c'est plutôt l'inverse), millefeuille de calcaire dans les anfractuosités desquelles s'accrochent des arbres téméraires ou solitaires...

Pour faire le tour du cirque, le chemin va longer le rebord que ceinture un muret de pierres sèches.
   
Quelques fois, le sentier s'approche à moins d'un mètre du précipice. Heureusement il y a toujours moyen, quand on ne s'y sent pas à l'aise, de repasser derrière le muret, par des passages aménagés.

   


La vue s'échappe sur la vallée de l'Areuse et jusqu'au lac de Neuchâtel.

 

Je me prosterne régulièrement sur la pelouse alpine parsemée d'une flore toujours aussi riche. Je me suis laissée séduire par le Pigamon à feuilles d'ancolie, que je découvre à cette occasion...

    

pigamon à feuilles d'ancolie  globulaires  orchis pyramidal

 
Je guette la nigritelle noire, rencontrée l'an dernier. En vain...
 

Ben crie famine. Nous recherchons l'endroit idéal, à l'abri du vent et un peu ombragé.
Un bouquet de foyards accueillants incline quelques uns de ses troncs pour inviter l'affamé acrobate  à la pause.
  

pause

  

Rafales soudaines. Le Nord-Ouest s'obscurcit d'un coup.

Bon, Ben, si on a mis trois heures plutôt que deux pour monter... il va falloir en mettre beaucoup moins pour redescendre !

   

Et l'orage fit rage... sur la vallée de la Brévine ! Bleu et serein resta le ciel sur l'alpage entre Neuchâtel et Vaud...

 

Pas de Creux du Van sans Soliat : On abandonne donc momentanément le rebord vertigineux pour le point culminant et sa croix.

   

borne   croix du Soliat  borne cantonale

   

Vue sur les Alpes et la plaine au Sud. A l'ouest se découpe le surplomb

caractéristique du Chasseron, au bout des vallonnemnts de ce pli jurassien.

...Et plus loin la succession des sommets jurassiens.

   

   

Mais à la table d'orientation, il y a foule, bruyante... On ne s'éternise donc pas.

Je vise la dépression de lapiaz qui garde encore de la neige tard en saison... Seulement là, c'est vraiment trop tard !

  

doline et lapiaz  creux du van

 

les pigamons du creux du van  bosquet au bord de la falaise

  

Alors cap sur le dernier tiers du cirque.

La vue sur les falaises est ici plus complète et plus impressionnante.

  

le creux du van

 
C'est là aussi que l'on peut rencontrer les fameux bouquetins.

Mais on  n'est pas vraiment optimistes, car on a croisé beaucoup trop de chiens accompagnés de leurs maîtres même pas tenus en laisse (les maîtres, bien sûr...) !

 

Craintes confirmées par la présence de feux de pique-nique allumés à la limite de la zone protégée, juste dans le secteur fréquenté par les majestueux caprinés... Encore raté !

   

Dernière petite pause avant la descente par le chemin du Single. Dénivellation rapide qui peut nous conduire par divers itinéraires, à la Ferme Robert.

 

Enfin, glace bien mérité pour Ben (ce qu'il ne faut pas faire miroiter pour entretenir le moral des troupes !) qui a progressivement arrêté de râler... Quoique !?

    

après l'effort


 

carte nationale de la Suisse 1 : 25'000, Travers n° 1163

    

Rédigé par eustache

Publié dans #Randonnée

Repost 0
Commenter cet article